La majorité a présenté il y a quelques jours son nouveau dispositif de dialogue citoyen.

Une démocratie vivante doit prendre en compte les aspirations nouvelles de nos concitoyens et l’expression des différents quartiers. Oui à la démocratie participative donc, outil de gouvernance auquel nous sommes profondément attachés.

Ne perdons pas le nord toutefois : cette démocratie participative doit être mise en perspective avec l’exercice de la démocratie représentative, qui constitue le fondement de notre système républicain. Et c’est une gageure que de prétendre échafauder un dispositif pertinent de démocratie participative quand on tourne en même temps le dos à la démocratie représentative.

Quelques exemples pour rappel : le maire refuse un espace d’expression à son opposition sur le site web de la Ville (ce que Paris, lui, a fait) ; on nous conteste le rôle d’élus de quartier, comme si chacun des 11 quartiers nantais avait voté à 100% pour la liste socialiste ; on nous écarte de la refonte du dialogue citoyen après nous avoir promis le contraire en début de mandat…

Respecter les élus, quel que soit leur bord, c’est respecter et prendre en compte à travers eux tous les électeurs qui leur ont fait confiance par les urnes. C’est la base d’un fonctionnement démocratique de qualité. La question de la gouvernance se pose donc bien en amont de cette démocratie participative qui prend dans la bouche de Mme Rolland des allures de tarte à la crème…

De véritable pièce montée même : le dialogue citoyen goût 2015, ce sont les anciens Conseils de quartiers en vigueur jusqu’en 2008, abandonnés en 2009 au profit d’un nouveau dispositif ; le tout agrémenté d’un Bureau des Projets (pour faire plaisir aux Verts), d’ateliers-citoyens, de groupes de travail, de conseils citoyens (pour se conformer à nouvelle loi), d’un bus itinérant… Bref, tout cela est à la fois très architecturé et assez indigeste.

En 7 ans, c’est la troisième recette de dialogue citoyen que l’on sert aux Nantais, mais toujours pas un mot sur la démarche qualité ; pas un début de réponse sur la manière dont la Ville s’engage à prendre en considération les propositions des habitants, sous quels délais ni sous quelle forme.

Comment mobiliser les citoyens nantais si on ne les assure pas que l’énergie qu’ils mettront dans ce dispositif sera utile et prise en compte par la municipalité ?

Oui à la démocratie participative, non à la pièce montée. Non au factice, oui à l’efficacité.