Madame le Maire,

Les premières lignes du préambule de la déclaration des droits de l’homme nous rappellent que « […] la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ».

Il convient effectivement de dénoncer et de lutter avec acharnement contre tout ce qui atteint  cette égale dignité (violences, discriminations…) si nous sommes attachés à la liberté, la justice et la paix.

L’emploi polysémique du terme ‘égalité’ peut cependant nous conduire vers plusieurs écueils :

  • l’égalitarisme ou l’uniformisation. La recherche d’égalité ne doit pas nous empêcher de reconnaitre combien nous sommes différents : âge, taille, sexe, capacités… tout le monde ne peut pas être meilleur ouvrier de France ou joueur de foot au FC Nantes. Percevoir ces différences comme des inégalités c’est prendre le risque d’oublier qu’elles peuvent être d’une grande richesse pour notre société, à condition de permettre à chacun de donner le meilleur de lui-même. C’est la Fraternité qui nous préserve le plus de l’écueil de l’égalitarisme car le frère ne s’offusque pas du succès de son frère, il s’en réjouit même !
  • Souligner certaines inégalités pour les combattre peut conduire à un deuxième écueil. Le focus du Conseil Nantais pour l’Accessibilité Universelle sur la situation des personnes handicapées pour leur apporter des réponses concrètes en termes d’accessibilité, de mobilité… permet de réduire des inégalités.
    Mais ce focus peut aussi nous masquer d’autres inégalités.
    A deux reprises, j’ai entendu des élues femmes de votre majorité reprendre des élus hommes parce qu’ils évoquaient l’égalité homme /femme. La première fois cela m’a amusée, la deuxième fois cela m’a inquiétée car il me semblait évident que cette recherche d’égalité allait dans les 2 sens.

Oui, il est nécessaire de lutter contre les violences faites aux femmes et je me réjouis de la création d’un lieu post traumatique pour les femmes victimes de violence.

Oui il est nécessaire de lutter contre les inégalités de salaires… contre tout ce qui , dans les faits, remet en cause l’égale dignité de l’homme et de la femme. Mais ce combat ne doit pas occulter qu’il y a aussi des domaines où ce sont les hommes qui souffrent de l’inégalité : décrochage scolaire : 20 % des jeunes hommes sortent de l’école sans avoir obtenu un diplôme de fin d’études secondaires, contre 11 % des jeunes femmes, délinquance, alcoolisme, taux de suicide 3 fois plus élevé chez les hommes…

Attention donc à ce que ce focus sur les femmes ne devienne idéologique, c’est malheureusement ce que je crains quand je lis : L’élimination des stéréotypes sexués est indispensable pour l’instauration de l’égalité des femmes et des hommes dans la charte européenne que vous nous proposez de signer au conseil métropolitain.

 Je suis nettement plus préoccupée aujourd’hui par le fait qu’il y ait à Nantes environ 40 suicides par an que par l’absence d’hommes sages-femmes ou les poupées mises à disposition des petites filles dans nos crèches !