Madame la Présidente,

Nantes Métropole a lancé le dispositif « Osez entreprendre » en 2013 autour de trois axes : accompagner les talents des quartiers dits sensibles dans la création d’une activité, montrer que créer est possible, et renforcer le suivi pour assurer le développement et la pérennité des nouvelles entreprises.

Piloté par Nantes Métropole et animé conjointement par BGE (Boutique de gestion pour entreprendre), l’Ouvre-boîtes 44, le FONDES et la Maison de l’Emploi, le dispositif propose des actions adaptées et personnalisées en amont du projet, durant sa mise en œuvre et au moment du développement de l’entreprise grâce, entre autres, à la mobilisation des entrepreneurs du territoire.

Son objectif pour la première année de fonctionnement était d’accompagner 50 créateurs d’entreprise dans les sept quartiers prioritaires de la ville de Nantes (Bellevue, Malakoff, Dervallières, Saint-Herblain-Sillon, Nantes Est, Rezé Pont-Rousseau, Nantes Nord).

Avec une moyenne de 5 000 créations d’entreprises annuelles, le territoire métropolitain affiche un fort dynamisme entrepreneurial, moins sensible, il est vrai, dans les quartiers populaires où le chômage frappe davantage. Beaucoup de jeunes confient leur formidable envie d’entreprendre et d’innover dans les quartiers. « Osez entreprendre » a donc été doté d’un fonds d’amorçage pour soutenir des démarches de structuration de projet (complément de financement à une formation, financement d’une étude, de déplacement dans le cadre du projet…) complété, le cas échéant, par du capital-risque de business angels des quartiers.
Nous nous réjouissons du lien que ce dispositif crée sur des territoires éloignés des PME et de l’accompagnement des porteurs de projet par un référent unique, depuis l’envie d’entreprendre jusqu’au suivi post-création.
Une action comme celle-ci, en raison de sa légitimité et de son ambition particulières, mérite une parfaite lisibilité pour les élus que nous sommes et les citoyens que nous représentons. Nous souhaiterions donc y voir un peu plus clair sur l’architecture financière du dispositif et ses retombées concrètes.
→ Pourriez-vous nous faire un retour sur le bilan 2014 d’Osez entreprendre qui semble bénéficier de financements croisés ? C’est ainsi que le Bureau de Nantes Métropole a, au mois de novembre dernier, accordé 10 000 € de subvention à la BGE Atlantique Vendée au titre d’un soutien « complémentaire au dispositif ‘Osez entreprendre’ » (en sus d’autres subventions déjà perçues précédemment). Le compte-rendu que vous nous faites aujourd’hui des délibérations prises par le Bureau nous informe que 23 000 € ont été attribués en début d’année à l’association Ouvre-Boîtes. Je déduis qu’une partie (ou l’intégralité, c’est à vous de nous le préciser) de ces 23 000 € est spécifiquement affectée à l’action « Osez entreprendre ».
→ Qu’en est-il des créations réalisées en 2013 (secteurs d’activité, implantation géographique, nombre de salariés, montant global du fonds d’amorçage) ? Notre objectif de 50 créations d’entreprise annuelle a-t-il été maintenu et tenu en 2014 ? Avec quel impact sur le territoire et les quartiers de la politique de la Ville ?
→ Quelle est la valeur ajoutée de notre dispositif institutionnel par rapport aux acteurs de terrains implantés dans les quartiers qui accompagnent les apprentis entrepreneurs et les aiguillent vers des organismes de prêts tels le FONDES ?