Vous l’avez rappelé, Madame la Présidente, Nantes Métropole a octroyé 24 M€ de financement à l’université de Nantes sur la période 2008-2014, aussi bien pour les bâtiments que pour le développement de la recherche (équipements pédagogiques, manifestations scientifiques, soutien aux chercheurs et accueil de chercheurs étrangers). L’Université de Nantes représente ainsi près de 3200 personnels dédiés à la recherche et 63 laboratoires et structures de recherche.

Nous partageons tous ici l’ambition de faire de notre Université un pôle d’excellence reconnu internationalement. Mais plusieurs éléments aujourd’hui sont préoccupants et doivent nous interroger :

  1. Avec 34.000 étudiants Nantes 6ème ville de France est classée 10ème par le nombre d’étudiants dans son Université ;
  2. Malgré les efforts conjoints de l’Université et de NM, nous accueillons seulement 11% d’étudiants étrangers, contre 20% à Strasbourg et près de 22% à Lille – même si ces 2 villes bénéficient d’un positionnement plus « européen » ;
  3. 2 échecs consécutifs en 2011 et 2015 au plan national IDEX de construction et de rénovation des campus universitaires.

Quel bilan faisons-nous de ces éléments et surtout quelles leçons en tirons-nous pour l’avenir ? Quelles pistes de réflexion ouvrent selon vous le double échec de Nantes au plan IDEX, et quelles sont vos orientations pour y remédier (que ce soit en matière de pôles d’excellence universitaire mais aussi de gouvernance) ? Est-ce que l’on reste sur un modèle fédéral avec Rennes ou est-ce qu’on veut aller plus loin dans le travail en commun ? Est-ce que l’Université de Nantes sera à nouveau candidate en 2016, autour d’un nouveau projet universitaire ?

Ce sont toutes ces questions que nous devons nous poser pour comprendre pourquoi les autres sont meilleurs que nous et comment on s’y prend pour se hisser nous aussi au rang des meilleures universités françaises. Beaucoup de questions donc, et peu de réponses dans la délibération que vous nous présentez aujourd’hui.

Dernier point concernant l’enseignement supérieur à Nantes, qui au-delà de l’Université compte également de nombreuses écoles. Nous avons découvert avec stupéfaction que Nantes Métropole avait décidé de diminuer de 75% la subvention annuelle à Audencia. On passe de 1,2 M€ en 2014 à 300.000 € en 2015 ! Vous expliquez au début de la délibération que vous soutenez l’enseignement supérieur et les établissements du territoire métropolitain. La réalité, c’est qu’aujourd’hui Nantes Métropole se désengage de l’enseignement supérieur, dans des proportions encore plus inacceptables que le désengagement de l’Etat vis-à-vis des collectivités territoriales.

Plusieurs questions :

1. Comment justifiez-vous aujourd’hui ce désengagement de notre collectivité d’un des fleurons les mieux identifiés de l’enseignement supérieur nantais ? Comment pouvez-vous prétendre défendre l’enseignement supérieur à Nantes en supprimant du jour au lendemain 75% des subventions d’un des meilleurs établissements du territoire métropolitain ?

2. Dans le rapport de présentation des politiques publiques 2015 il est fait mention en page 10 d’une subvention à hauteur de 600.000€ pour l’année 2015. Comment est-on passé de 600.000 à 300.000 en 3 mois et par quel tour de passe-passe alors que les documents présentés devant notre Assemblée en février dernier prévoyaient 600.000€ ?

3. Que fait-on maintenant ? L’école est aujourd’hui sous tutelle de la CCI suite à la démission du président du Conseil d’administration. Quel modèle économique proposez-vous pour Audencia et comment vous engagez-vous à accompagner sa mise en œuvre ?