Madame le Maire,

Puisque cette délibération est l’occasion de soutenir une convention de coproduction entre le Conservatoire et le Théâtre Universitaire de Nantes, je voudrais que nous nous arrêtions un instant sur ce dernier.

Nous savons hélas, par la presse, par les acteurs culturels et les étudiants, que le Théâtre Universitaire est en très mauvaise posture.

Son directeur est parti il y a maintenant une an. Il a heureusement laissé une saison artistique complète pour l’année 2016. Les 15 000 spectateurs annuels qui se rendent au TU seront certainement encore fidèles à cette programmation cette année.

Un audit payé 32 000 € a été rendu en janvier dernier, qui suggérait entre autres d’adosser le « TU » au « LU ». Derrière cette proximité onomastique, faut-il comprendre que la spécificité du Théâtre universitaire va disparaître ? Va-t-elle être absorbée ?

Nous souhaiterions en savoir davantage sur l’avenir de cette structure subventionnée à plus d’un million d’euros tous bailleurs publics confondus.