Madame le Maire,

Chers collègues,

Quelques remarques sur cette délibération :

  1. Vous mentionnez dans le tableau les nouveaux montants des forfaits d’externat. Ceux des maternelles sont en augmentation de 20€ par élève, ceux des classes élémentaires sont en augmentation de 5€ par élève. C’est le résultat de la négociation que vous avez conduite avec la direction diocésaine. Ce que vous ne mentionnez pas en revanche, c’est que vous avez supprimé l’aide aux transports scolaires pour les élèves scolarisés dans l’enseignement privé. Cela inquiète de nombreux enseignants et directeurs d’école qui craignent de ne pas se retrouver dans cette opération.

  1. De notre côté, nous ne savons pas si cette opération est menée à enveloppe constante, ce qui doit être le cas tel que le prévoit la loi puisqu’un euro consacré à un enfant du public doit donner lieu à 1€ consacré à un enfant du privé. Je regrette à ce titre que vous refusiez de nous communiquer le coût à Nantes d’un enfant scolarisé dans le public, ce qui mettrait fin à ces questionnements. Monsieur Bolo nous a expliqué en 2013 que c’était très compliqué et donc incalculable. Mais je soupçonne Monsieur Bolo d’être tout à fait capable de calculer des choses incalculables… Et comme le disait Marc Reneaume, sur ce sujet comme sur les autres, quand il y a du flou, c’est qu’il y a un loup.

  1. Enfin, une fois n’est pas coutume, je tenais à vous remercier Madame le Maire, pour l’attention que vous avez portée aux élèves des classes ULIS. Je vous avais alertée il y a plusieurs semaines sur le fait que beaucoup d’élèves scolarisés en ULIS – Unités Locales d’Insertion Scolaire – ne faisaient pas le choix d’être dans le privé ou dans le public, et qu’ils étaient orientés en fonction des possibilités des établissements. Il n’était donc pas opportun de supprimer le subventionnement « hors communaux » sur ces élèves-là, et je vous remercie d’en avoir tenu compte. Comme vous le mentionnez dans la délibération, cela concerne une dizaine d’élèves par an et ne devrait pas mettre en péril les finances communales.