Madame le Maire,

Nous parlons ici de crèches associatives gérées par des structures de l’économie sociale et solidaire et non pas de crèches privées lucratives.

La majorité d’entre elles offre un service de qualité avec une volonté de mixité sociale, d’accueil d’enfants en situation de handicap…

Une étude de la CNAF de mai 2016, démontre d’ailleurs que le modèle de gestion des crèches par les associations est à la fois économe, compétitif et qualitatif .Selon cette étude, le prix de revient de l’heure dans un Établissement d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) associatif s’élève à 9,25 euros, contre 10,64 euros pour une crèche publique et 11,54 euros pour une crèche privée lucrative.

Pour autant, vous créez un système complexe, pour ne pas dire une usine à gaz, pour les crèches et probablement pour les services. C’est sans doute le choc de simplification !

Vous appliquez dès janvier 2017 cette nouvelle tarification basée sur l’année précédente, période où n’existaient pas ces critères. C’est sans doute la co-construction !

Je ne passerai pas en revue les 10 critères, j’en soulignerai juste un: la majoration pour l’accueil d’enfants en situation de handicap.

Comme nous l’avons évoqué en commission d’attribution des places en crèche, c’est souvent pendant cette période d’accueil que des handicaps sont détectés. L’accueil et l’accompagnement des enfants seront donc bien effectués par les crèches, qui ne seront pas payées pour autant.

Vous n’allez pas favoriser l’équilibre financier comme vous le mentionnez, mais fragiliser certaines crèches. Pour une économie de 50 000 euros,(pour un budget de quelques millions d’euros) il aurait peut-être mieux valu s’intéresser aux quelques crèches qui ne jouent pas le jeu.

Nous voterons donc contre cette délibération.

Pour autant, le coût du personnel n’est pas moins élevé dans une association (6,83 euros/heure) que dans une crèche lucrative (6,52 euros/heure). En revanche, ce poste qui représente en moyenne les trois quart des coûts d’une crèche est beaucoup plus élevé dans le secteur public (9,28 euros/heure).

Je vous remercie.