Monsieur l’Adjoint en charge des Finances,

Chers Collègues,

Avant de commenter ce compte administratif, nous regrettons, au nom du Groupe, le départ de Madame Le Maire. La loi ne lui demande pas de sortir pendant le débat, mais pendant le vote, afin de laisser la latitude aux élus de voter en leur âme et conscience le CA. Ce qui est tout à l’honneur de la démocratie. Il serait souhaitable que Madame le Maire puisse aussi s’exprimer sur ce compte administratif car elle en est redevable devant les habitants.

Et le débat sur le compte administratif est important, car il permet de discuter sur les réalisations : c’est donc un exercice incontestable et factuel, à la différence du budget qui est une projection des orientations sans certitude de réussite.

Plusieurs affirmations dans l’éditorial de Madame Le Maire ne nous paraissent pas refléter la réalité :

  1. L’éditorial commence par : « une ambition forte en matière d’investissement »

Don’t act, regardons les chiffres :

70.9 en 2013, 78.7 en 2014, 82.3 M€ en 2015.

57.8 M€ en 2016.

Soit une baisse de 25% (moyenne des 3 années de 77.3 M€ contre 57.8 M€).

Monsieur Bolo, vous en rajoutez une couche puisque vous dites : un niveau d’investissement conséquent à 57.8 M€ (soit +19% par rapport à 2015 hors transfert d’équipement – 34.3 M€).

Lors du compte administratif 2015, vous ne vous embarrassiez pas de ces transferts d’équipements, et vous annonciez : « Ce nouveau cycle engagé sur cette mandature se traduit en 2015 par une progression des dépenses d’investissements de 5.1% soit + 4 M€ pour atteindre 82.7 M€ ».

Alors, quand cela vous arrange, vous les comptez ; quand cela ne vous arrange pas, vous les ôtez…..

La réalité est que vous avez transféré une partie des investissements sur la Métropole ; et que la ville de Nantes baisse son niveau d’investissement.

  1. Madame Le Maire continue en affirmant : « le maintien d’équilibres économiques satisfaisants »

Alors effectivement, le taux d’épargne net se redresse à 28.2 M€ en 2016.

Il ne se redresse pas en raison de l’évolution des recettes et des dépenses car l’épargne brute (les dépenses moins les recettes) se dégrade par rapport aux années précédentes : -4% par rapport à 2015.

Il se redresse en raison d’un remboursement de dette bien inférieur : 26 M€ contre 44 M€ en 2015, résultat d’une politique d’endettement maîtrisé sur le mandat précédent. Mais aucunement des décisions de ce mandat.

Et vous savez bien que ces remboursements vont repartir à la hausse sur les années à venir. Pour ceux qui n’ont pas été regarder les chiffres dans le détail, sachez que l’endettement souscrit sur les 3 premières années du mandat est de 85 M€ contre 65 M€ sur les trois années du mandat précédent 2011-2013, soit une hausse de 30 % par an des emprunts souscrits.

Alors vous comprendrez que les faits, ne nous incitent pas à parler d’équilibres économiques satisfaisants, même si des efforts ont été faits en fonctionnement. Tout ceci est bien fragile.

  1. Enfin, Madame Le Maire met en avant « l’absence de pression fiscale »

Vous le savez bien Monsieur Bolo, même si vous ne voudrez jamais l’avouer. Et vous poussez des hauts cris à chaque fois que j’évoque le sujet !

Le transfert des grands équipements à la Métropole a été la meilleure opération pour les comptes de la ville de Nantes, puisque ce sont pas moins de 115 M€ d’investissements, votés à la Ville, mais transférés à la Métropole en 2015 (40 M€ pour le Palais des Sports de Beaulieu – 60 M€ de reste à payer pour le Musée d’Arts). Sans remettre en cause le moins du monde ce transfert, vous savez bien que si les recettes et dépenses de fonctionnement ont été équilibrées et compensées à travers la CLECT, les montants d’investissements, eux, ont été transférés intégralement avec la propriété des bâtiments.

Ce sont donc pas moins de 115 M€ qui avaient été votés à la Ville, qui devaient être financés par la Ville, et qui sont aujourd’hui financés par la Métropole. Je le répète, je ne remets pas en cause les transferts, mais vous savez bien que ce montant de 20 M€ en moyenne par an n’aurait pas été finançable. Ceci vous a permis de baisser les investissements à la Ville de Nantes (contrairement à ce que vous essayez de nous faire croire) et de ne pas augmenter les impôts.

Contrairement à ce que vous avez fait à la Métropole…

Alors notre conclusion de l’analyse des comptes, est que les comptes ne sont pas « satisfaisants » mais fragiles. Vous avez pris quelques orientations pour maîtriser les évolutions, suite à l’année 2014 où nous avions été à deux doigts d’avoir une épargne nette négative. Et tout ceci ne tient que parce que vous avez diminué les investissements (-20 M€/an) et que vous augmentez les souscriptions d’emprunts (+20 M€ sur 3 ans). Ce qui ne nous parait pas une bonne manière de préparer l’avenir.