Madame le Maire,

Je profite de cette délibération N° 8 relative « aux Subventions au titre des actions éducatives et des actions temps libre », délibération que je voterai car je soutiens que l’éducation dans son acception la plus large doit figurer parmi les priorités, pour appeler votre attention sur deux sujets particuliers :

  • La réforme des rythmes scolaires ;

  • La rupture des inégalités face aux devoirs.

Vous avez défendu, dès sa mise en œuvre, et avec une énergie que personne ne vous contestera, la réforme des rythmes scolaires portée par Vincent PEILLON puis Najat VALLAUD BELKACEM. Votre obstination a été telle, que Nantes a été une ville pionnière dans sa mise en œuvre. Cette réforme a pourtant été contestée, tant par les équipes éducatives que par les parents. J’en veux pour preuve la faible – pour ne pas dire quasi inexistante – application de ces nouveaux rythmes scolaires par les établissements privés qui avaient, quant à eux, le choix d’appliquer – ou non – la semaine de 4 jours ½. Nous en avons largement débattu dans cette assemblée !

Le décret BLANQUER, publié au Journal Officiel le 28 juin dernier, et relatif au rythmes scolaires, permet par dérogation de revenir au dispositif antérieur. Il autorise ainsi la semaine de 4 jours de classe avec un maximum de 6 heures de classe par jour. Sans augmentation du temps scolaire sur l’année.

Le texte précise : “Saisi d’une proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, le directeur académique des services de l’éducation nationale… peut autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire définie par l’article D. 521-10”.

Aussi, Madame le Maire, je vous demande d’organiser à Nantes, non pas de manière précipitée, mais de manière responsable au cours de l’année scolaire à venir – car je n’ignore pas les incidences d’une telle décision en termes de personnels et d’organisation – et dans des conditions de totale transparence, une large consultation de la communauté éducative, des parents mais aussi des enfants, pour que la ville puisse se prononcer de manière éclairée sur la suite à donner à ce décret. Je vous demande de ne pas vous opposer, par principe, à la mise en œuvre des dispositions du décret BLANQUER qui, comme s’y était engagé Emmanuel MACRON, ouvrent une voie de réforme négociée avec les partenaires locaux. J’y vois une excellente manière de rendre encore plus concrète la méthode de co-construction que vous défendez !

Par ailleurs, Madame le Maire, je vous sais attachée à la réussite éducative. Nous partageons cette priorité ! Permettez-moi alors, de vous suggérer de nous mobiliser autour d’un nouveau dispositif, dont est chargé le ministre de l’Éducation Nationale. Dispositif qui consiste à faire les devoirs à l’école et non à la maison.

Lors du débat que vous avez organisé dans cette assemblée en avril 2015 et intitulé « L’Égalité à Nantes, quels défis ? », j’avais déclaré : Pour lutter contre l’injustice scolaire, je propose que nous réfléchissions à expérimenter à Nantes le projet « Zéro devoir à la maison ». Une sorte de plate-forme collaborative, réunissant associations familiales, professionnels de l’enseignement et bénévoles, dûment formés pour que tous les enfants sortent de l’école en ayant fait leurs devoirs et ainsi travailler à réduire l’inégalité des enfants face à l’apprentissage scolaire dans l’enseignement primaire.

Cette proposition devient aujourd’hui réalité. Il y aura toujours des devoirs, et ceux-ci seront faits à l’école plutôt qu’à la maison. Le dispositif proposé par Monsieur BLANQUER va même plus loin que celui que j’avais présenté, puisqu’il sera étendu aux élèves des collèges.

Alors Madame le Maire, je vous invite à faire preuve d’audace, en quelque sorte à vous mettre en marche, et à contacter le Ministre BLANQUER, pour faire de Nantes une ville pilote de ce dispositif, une ville mobilisée contre toutes les formes d’inégalités !

Je vous remercie de votre écoute et des réponses que vous voudrez bien apporter.