Madame le Maire,

Une école qui s’agrandit est toujours un signe positif, nous sommes donc satisfaits de cette décision. Malgré tout, plusieurs points retiennent notre attention :

1) Le projet tel que présenté, reprend un accès à l’école par la Rue de Saint-Jean-de-Luz. Pourtant, les habitants du quartier qui résident dans cette rue au quotidien et ont donc toute légitimité pour relayer les points fort et les points faibles de ce schéma,  ont alerté Monsieur Château et Madame Naël sur les difficultés qu’engendrerait cet accès.

La Rue de Saint-Jean-de-Luz est étroite et des places de stationnement vont de nouveau y être supprimées (même si quelques autres seront créées à l’arrière des immeubles).  Il ne sera pas simple aux parents de se stationner pour accompagner les petits de maternelle jusqu’à leur classe, car je rappelle juste que cette école n’est pas dédiée aux seules enfants du Clos Toreau, les enfants viennent de tout une partie de notre quartier. Cet accès génèrera inévitablement un trafic supplémentaire dans cette rue, mais pas seulement puisque les voitures continueront sur la future voie qui doit être créée dans son prolongement et  la circulation, aujourd’hui maîtrisée au cœur du Clos Toreau,  risque de l’être de moins en moins. Est-ce cela votre conception de la nature en ville ?

La possibilité d’un futur accès à l’école par la Rue d’Ascain a-t-elle été étudiée sérieusement ? L’espace est large et permettrait un accès sécurisé pour les enfants, tout en provoquant  beaucoup moins de désagréments pour les habitants de la Rue de Saint- Jean-de-Luz. Quelle est la raison qui s’opposerait à cette possibilité ?

 2) Par ailleurs, la création de 3 classes supplémentaires reflète bien la situation des 2 écoles du quartier, saturées toutes les 2.

Les nombreux logements construits depuis 2011 (environ 400 à date) et d’autres projets qui sont encore en cours, conduisent le Département à envoyer nos enfants au collège de la commune voisine de SSSL dès septembre 2018. Aristide Briand, Collège du secteur, ne peut plus absorber les nouveaux effectifs cumulés sur l’Île de Nantes et Nantes Sud.

Dans un quartier où l’appartenance à la ville de Nantes reste parfois à démontrer, contrairement à ce que vous avez plaisir à dire lorsque vous venez dans le quartier, vous conviendrez que cette décision ne va pas dans le bon sens.

Les parents sont d’ailleurs impatients de connaître les dispositions que va prendre la TAN pour amener les enfants au Collège René Bernier en direct et en toute sécurité, car aujourd’hui, cela n’est pas possible.

Dès mars 2013, j’avais fait part de mon inquiétude au Président du Département quant à la montée des effectifs, rien n’a été anticipé, rien n’a été fait… et nous en sommes donc là aujourd’hui, fin 2017.

 Vous allez sans doute esquiver une réponse en prétextant que le collège est l’affaire du Département, alors peut-être que nos collègues élus dans cette assemblée pourront le faire à votre place.

Et si ce n’est pas le cas, alors voyez-vous, nous aurons toutes les raisons d’être inquiets quant à votre vision de la carte scolaire et de la continuité de l’enseignement public dans la ville que vous administrez.