Conseil Métropolitain du 13 avril 2018 – Intervention de Laurence Garnier –

Délib. N° 1 – PLUM

Ce projet d’arrêté du PLUM dessine les grandes orientations et « le cadre de développement du territoire à horizon 2030 ».

On y aborde le sujet souvent très technique de l’urbanisme mais c’est un sujet qui impacte très concrètement et durablement la qualité de vie des habitants à Nantes et dans la métropole. Ce document concerne donc directement la qualité de vie des Nantais à horizon 2030.

Une remarque préliminaire

Pas une ligne dans le document sur l’impact de l’abandon de NDDL sur le développement du territoire nantais.

On repart sur les mêmes analyses, les mêmes chiffres, les mêmes objectifs en termes de logement : prévision de 75.000 habitants supplémentaires en 2030, besoin de 6000 logements par an…

Comment avez-vous pu défendre ce projet d’aéroport, et nous l’avons fait avec vous, en expliquant qu’il était nécessaire, indispensable pour le développement de Nantes et du grand Ouest, et ne rien modifier au projet de PLUM, ne rien évaluer sur les conséquences pour Nantes de l’abandon de ce projet qui devait être structurant pour le territoire ?

On donne raison aux opposants en repartant de plus belle et en laissant penser que finalement que ce projet se fasse ou pas, c’est la même chose pour notre ville et notre métropole en termes de développement économique, démographique, en termes d’emplois etc.

Bien sûr qu’il faut se battre pour que les grands dossiers avancent et que cet abandon nous pénalise le moins possible, mais il faut aussi regarder la situation en face, prendre le temps de l’analyser et de s’adapter à cette nouvelle donne territoriale.

Concernant les différents objectifs du PLUM, revenir sur 2 points :

Deux point essentiels pour la qualité de vie des Nantais dans les 15 prochaines années.

1. La question de la circulation automobile

Vrai sujet pour de nombreux Nantais et habitants de l’agglomération. Il faut rappeler que le flux automobile continue à augmenter chaque année de 0,5% malgré les efforts déployés sur les transports en commun.

Le PLUM en parle très peu, évoque le projet de « liaisons facilités » et la question des embouteillages sous le terme « gestion de la congestion des réseaux viaires ». A quand un vrai plan d’action pour s’attaquer aux points durs sur le territoire ?

2. La question de la nature en ville

Que se passe-t-il concrètement ? Vous parlez beaucoup de la nature en ville et pendant ce temps les grues se multiplient et les Nantais assistent à une bétonnisation en règle de leur territoire.

L’Ile de Nantes en est un exemple parmi d’autres. Le projet de transfert du CHU que vous envisagez bétonnerait encore davantage ce territoire. Déjà le projet de vaste parc urbain que nous avions proposé est réduit dans les derniers plans du projet à un corridor vert en bord de Loire. Cette île est déjà très bâtie et comporte peu d’espaces verts si l’on excepte le CRAPA sur la pointe Est. On est en train de passer à côté de l’opportunité de construire une île verte et bleue qui aurait pu devenir un vrai exemple d’habitat nature sur le territoire nantais.

C’est la même chose dans plusieurs autres quartiers.

La caserne Mellinet et les constructions à R+9 que nous envisagez au centre de la ZAC risquent d’écraser complètement ce quartier en pleine reconfiguration.

Le quartier du futur stade YelloPark

La concertation est prolongée d’un mois sur ce projet et comme nous, vous avez souhaité qu’elle concerne prioritairement les préoccupations des riverains. Sur ce quartier encore, la hauteur fait peur et le projet de tour Signal ne passe pas. Vous savez que nous défendons par ailleurs ce projet YelloPark qui fera entrer Nantes dans la modernité sportive du XXIe siècle. Mais le stade sera déjà un bâtiment en lui-même monumental, nous pensons aujourd’hui que cette tour n’est pas utile et nous vous proposons de la supprimer du projet urbain.

La nature en ville aujourd’hui reste une incantation pour les Nantais. Nous en partageons l’objectif mais vous invitons à repenser les modalités de l’urbanisation du territoire et à bâtir un plan d’action plus large que l’ouverture ici où là de quelques squares, compensée par la suppression de certains autres comme le square Fleuriot encore récemment.

Les Nantais vivent dans la 6ème ville de France ; une ville dynamique et agréable, mais aussi une ville fatigante, embouteillée, bruyante pour beaucoup de nos concitoyens. Le lien préservé à la nature dans certains quartiers, recréé dans d’autres secteurs, doit être pensé comme une priorité pour apaiser la ville dans les années à venir.

En l’état actuel du PLUM, le groupe des élus de la droite et du centre votera contre cette délibération.