Nantes, ville sûre? Nos propositions
Alors que l’année 2018 se termine sur une hausse importante de la sécurité à Nantes et en Loire-Atlantique (crimes et délits contre des mineurs en hausse de 22%, trafic de drogue en hausse de 7%, coups et blessures +5%*), notre groupe a proposé un ensemble de mesures cohérentes, fortes, lisibles et réalistes pour que la sécurité des Nantais soit une priorité.
Certes la sécurité relève du rôle de l’Etat mais les collectivités ont un rôle à jouer. Nous croyons à l’action publique: l’appareil législatif et juridique de notre pays est existant et complet pour agir localement contre l’insécurité. Nous portons la volonté politique d’agir et de l’utiliser. D’autres villes en France l’ont fait avec succès comme à Toulouse et à Cannes.
Police municipale, lutte contre les incivilité et coopération avec l’Etat sont les axes prioritaires des mesures que nous souhaitons voire adoptées dans notre ville.
Nantes est la 6ème ville de France en population et pourtant elle est la 15ème en effectifs de policiers municipaux par habitant. Notre police municipale est sous dimensionnée par rapport aux besoins des Nantais. Nous souhaitons que les effectifs soient doublés à horizon 3 ans.
Sur le terrain les délinquants ne font pas la différence entre policiers nationaux et policiers municipaux. Ils doivent pouvoir se protéger et nous protéger. En septembre 2018 un rapport parlementaire préconisait d’armer les policiers municipaux; par défaut, sauf demande explicite du Maire de la Ville. Le refus de la majorité en place d’ouvrir le débat sans angélisme ni naïveté n’est pas à la hauteur des enjeux. C’est une position qui pénalise directement les nantais.
Les ASVP passent 100% de leur temps à verbaliser les stationnements. Leur action doit être recentrée sur la lutte contre les incivilités, autant de « petites délinquances du quotidien » qui empoisonnent la vie de nos concitoyens. Ces comportement dégradent le lien social et notre capacité à vivre ensemble. Nous souhaitons que l’action des ASVP soit recentrée sur l’ivresse sur la voie publique, les crachats, les tags ou encore assurer leur présence dans les transports en commun. Les nantais aspirent à ce cadre de vie respectueux de chacun.
Réclamée par notre groupe depuis 2014, la vidéoprotection a enfin été mise en service cette année. La phase 2 prévoit l’installation de 50 caméras supplémentaires. Nous souhaitons que cette étape soit franchie le plus rapidement possible pour faciliter le déploiement des forces de l’ordre.
Enfin notre ville a connu de nombreux épisodes de manifestations violentes, dont elle porte encore les stigmates. La tacite tradition veut que dans notre ville les manifestations ne soient pas déclarées en préfecture, comme c’est le cas dans tous les autres départements de France. Nous sommes attachés à la liberté de manifester mais nous comptons sur l’arrivée du nouveau Préfet pour mettre fin à cette habitude.