Madame le Maire,

Chers collègues,

Le rapporteur a donné les grandes tendances des orientations budgétaires pour 2019, et force est de constater que la situation financière de la ville est saine.

Les principaux indicateurs sont positifs. Cela entraîne deux questions : pourquoi et pour quoi faire ?

Si les indicateurs se sont améliorés, il me parait tout d’abord utile de rappeler qu’en 2014 l’effet ciseau était très fort, nos recettes étant moins importantes que nos dépenses, l’épargne nette était lors négative.

Face à cette situation et en 4 ans, vous avez donc pris un certain nombre de mesures et bénéficié de circonstances favorables :

Transférer des équipements et des investissements pesant lourdement sur le budget communal à la Métropole. Laquelle a du pour être capable de les assumer faire exploser la fiscalité locale !

  • Exiger des acteurs qui gèrent des marchés ou des DSP ainsi qu’aux acteurs associatifs des efforts très importants (malgré les promesses de campagne soi dit en passant). Les transferts divers ont ainsi diminué de 21 M€ depuis le début du mandat.
  • Bénéficier de taux d’emprunt favorables ayant permis une diminution des frais financiers
  • Une politique tarifaire reposant sur des hausses annuelles permettant d’améliorer les recettes
  • Un dynamisme démographique produisant les mêmes effets

J’ose à peine imaginer les économies que vous auriez réalisées si vous aviez fait des efforts en interne.

Alors, comme vous l’avez dit, nous constatons une amélioration de la situation financière de la collectivité.

De notre point de vue, cette amélioration nous offre de réelles marges de manœuvre pour agir enfin, efficacement en matière de sécurité.

L’année 2019 doit permettre de renforcer considérablement la politique municipale de sécurité.

Avec 3,63 policiers municipaux pour 10 000 habitants, Nantes se classe à la 14 place (hors Paris) en termes d’effectifs. D’autres villes ont engagé des politiques volontaristes qui produisent leurs effets.

Aussi, nous proposons de doubler en 3 ans les effectifs de la police municipale.

Dès 2019, nous pourrions recruter une quarantaine de nouveaux policiers.

Cela représenterait une dépense nouvelle de l’ordre d’1,5 M€ maximum en 2019 ce que nous pouvons totalement assumer sans aucune augmentation fiscale.

Nous proposons également d’activer dès 2019 le volet 2 du Centre de Supervision Urbain qui prévoit le déploiement de caméras supplémentaires.

Nous demandons également de lancer le débat et la concertation sur l’armement de la police municipale, débat sans angélisme, ni naïveté.

Inscrire les budgets nécessaires et raisonnables pour renforcer les politiques de sécurité à Nantes est de notre point de vue une ardente obligation.

Ceci ne doit bien évidement pas empêcher l’Etat d’assumer enfin toutes ses responsabilités, ni de tenir ses promesses de renforts policiers. C’est pour cette raison que nous avons déposé un vœu sur ce sujet ce matin. Je rappelle que notre ville fait déjà l’objet, depuis plusieurs années, d’une sous-dotation en effectifs de police nationale. Le ratio effectif / nombre d’habitants fait apparaître un écart de 18% par rapport aux autres villes de +100.000 habitants.

Mais n’oublions pas non plus que la clef de la réussite allie prévention, sanction, coopération et complémentarité entre les forces de polices nationale, municipale et la justice.

La ville dispose de marges de manœuvre.

Il reste des moyens, je ne reviens pas sur la question du temps de travail, qui doivent nous permettre d’en dégager de nouvelles.

Ces marges doivent nous permettre de faire plus et mieux sur un certain nombre de sujets pour les Nantaises et les Nantais à commencer par la sécurité.

Refuser ces propositions serait une grave erreur.